A qui imputer le fléau de l’ethnocentrisme en Guinée ?

Certains accuseraient Alpha Condé ou ses prédecesseurs pour la simple raison d’avoir été ou d’être le président de la République. Mais selon un sage, aucun d’eux n’est responsable. Tous les Guinéens en sont coupables et ce phénomène date du temps colonial. Car en ce moment, si un malinké, un peulh ou un soussou avait la chance d’être recruté par un negrier pour capturer une cible à déporter, il preferait arrêter quelqu’un loin de sa parenté. Si bien qu’à chaque prise, le missionnaire malinké ou peulh par exemple ne conversait que dans son ethnie, afin de bien identifier ses parents pour les épargner. C’est cette habitute qui s’est perpétuée à ce jour où elle a atteind un niveau très alarmant. Quand vous partez faire de simples achats chez un vendeur de votre patois, vous avez la chance d’être bien servi. Quand votre demande d’emploi tombe sur la table d’un de vos parents, vous avez de la chance plus que les autres. Dans les quartiers occupés en majorité par les peulhs, tous les élèves et étudiants causent en poular sur le chemin de l’école. Il en est de même pour le malinké, le soussou et autres ethnies. Partant de ce fait, AST ou le Prof AC ont trouvé l’ethnocentrisme semi par le negrier sur le terrain. Y mettre fin demande un changement radical de tous.

Rigle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
32 ⁄ 8 =