Éliminatoires CAN 2021: Ce qu’il faut retenir des débuts du Syli version Six!

La trêve internationale de novembre a été l’occasion pour la Confédération Africaine de Football, de lancer les éliminatoires à la CAN 2021 au Cameroun. L’équipe nationale de Guinée, à l’instar des autres du continent, avait rendez-vous avec le Mali et la Namibie au compte des deux premières journées. Décryptage !

Ébranlée par un vent d’antagonisme et de grande confusion au lendemain de son élimination à la dernière CAN en Egypte, le Syli National avait l’occasion pour redorer le blason. Avec à sa tête un tout nouveau sélectionneur, le français Didier Six (65 ans), la sélection guinéenne avait une sérieuse carte à jouer pour rassurer d’entrée ses millions de supporters et d’admirateurs.

Placé dans un groupe A où il fait office d’outsider derrière la prometteuse sélection des aigles du Mali, le Syli avait fort à faire le 14 novembre à Bamako contre le favori du groupe, avant de recevoir la Namibie trois jours plus tard à Conakry.

On le sait, après sa prise de fonction consécutive à l’annonce de sa nomination pour diriger l’équipe A de Guinée, l’entraîneur français passé par les éperviers du Togo, avait laissé entendre ses ambitions et sa ligne de conduite pour réussir sa mission. Cela passait forcément par des matchs-test d’octobre dernier (les Comores et le Chili) tous soldés par des défaites, comme pour dire que le travail s’annonçait dure et laborieux pour le nouveau staff technique. Mais du nul mérité 2-2 en déplacement au stade du 26 mars de Bamako, à la victoire rassurante 2-0 lors de la réception de la Namibie au stade 28 septembre de Conakry, le Syli présente un tout autre visage.

L’onde d’une nouvelle philosophie de jeu

Arrivé à la tête du Syli alors que Paul Put venait d’être viré par la Feguifoot, le français Didier Six n’a pas eu du temps à perdre pour dérouler son projet de jeu et ses méthodes, « Être défensif ne veut pas dire ne pas aimer le beau jeu. Je suis porté plutôt par ma carrière de professionnel sur l’offensive et le beau jeu. C’est ce que j’ai apporté au Togo quand j’ai été entraîneur et ça nous a valu d’être en quart de finale de la CAN 2013 », avait-il confié aux confrères de foot224 peu après sa prise de fonction en septembre dernier. Si le jeu offensif semble nettement s’améliorer dans les prestations de son équipe, avec 2 buts inscrits contre le Chili, 2 contre le Mali et les 2 derniers contre la Namibie, soit 6 buts marqués dont 4 en deux match officiels, il se dessine clairement qu’il y a encore du travail à faire dans le secteur défensif du Syli. En retenant les quatre sorties des poulains de Six, c’est six buts encaissés toutes compétitions. La Guinée sait peut-être marquer des buts, mais peine à contenir ses adversaires les plus redoutables. Avec des différentes paires tentées dans l’axe central, Didier Six continue à chercher la formule idéale pour sa ligne défensive. Sékou Condé, Julian Janvié, Simon Falette et Florentin Pogba. Voilà les figures qui représentent le jeu dans l’axe, même si la paire Falette-Condé avait été alignée d’entrée sur la dernière sortie contre la Namibie, avant que Janvié ne remplace Falette sorti sur blessure. Ce match soldé par un clean-sheet 2-0 est la plus grande satisfaction dans le jeu défensif du Syli version Didier Six. En attendant d’autres combinaisons à venir, la note est plutôt encourageante avant l’échéance de mars 2020.

L’envie de la gagne et la solidarité effective sur le terrain

Après la sortie ratée en amical contre les Comores, c’est une équipe du Syli piquée dans son orgueil qu’on a retrouvé pour la suite des évènements. D’abord en amical contre le Chili, malgré la défaite 2-3 contre les coéquipiers du barcelonais Arturo Vidal, c’est un Syli combatif et discipliné qu’on découvre. De nouveaux visages dans le onze dû aux nombreux forfaits au milieu de terrain a fait le bonheur des supporters. Kamso Mara, Ibrahima Sory Conté et Ibrahima Camara ont saisi leur chance pour taper dans l’œil du sélectionneur. Leur combativité et la discipline tactique dont ils font preuve sur le rectangle ne laissent personne indifférent dans le staff technique, qui n’attend que cela de ses joueurs. « Mon équipe n’est pas arrivée au niveau qu’elle pouvait avoir. Il y a eu une prise de conscience et un coup de gueule de ma part vis-à-vis des joueurs », avait révélé le français au lendemain du premier regroupement. Contre le Mali et la Namibie, c’est un Syli combatif, discipliné et inspiré qu’on a retrouvé. Avec le retour du métronome Naby Kéita, longtemps éloignée des terrains, la Guinée regagne de l’appétit au fil des rencontres pour produire du beau jeu. Contre les aigles à Bamako, le Syli a dû batailler dur sur une pelouse loin de la normale pour répondre avec justesse et ramener un résultat positif. Trois jours plus tard à Conakry, le message de l’entraîneur était clair. Il fallait garder la même discipline et le fond de jeu qui s’installe petit à petit. Les buts du toulousain Issiaga Sylla et de l’attaquant de Legia Varsovie José Kanté Martínez ont non seulement permis de décrocher une première victoire maîtrisée à domicile face aux namibiens, mais surtout à bon nombre d’admirateurs de vérifier cette envie de la gagne et l’esprit de solidarité que veut imposer le nouveau sélectionneur.

Pourvu que ça continue à nous plaire !

Bernard Leno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 15 =