Fête du travail: la Guinée le célébrera au palais du peuple

Le 1er mai de chaque année, la fête du travail est célébrée dans le monde entier. A conakry, la fête sera mise à profit par certaines centrales syndicales pour défiler et interpeller l’Etat sur la crise dans le dit secteur. A boké, aucune célébration n’est permise dans la commune urbaine.


La fête du 1er mai est un rappel du sacrifice consenti par les ouvriers américains en 1886 pour instaurer la justice, l’égalité, pour pouvoir bénéficier d’un travail décent. Quand les ouvriers se sont rencontrés, il y a eu une répression sanglante de la part des décideurs d’alors avec des morts. C’est à la suite de ça que le monde du travail a décidé de célébrer la fête du 1er mai pour le sacrifice consenti.

Cette année, la Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée (CNTG) célébrera cette fête avec sa consoeur de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG) à Conakry sur l’esplanade du palais du peuple. L’information a été donnée par Elhadj Mohamed Moustapha N’Diaye, membre du bureau exécutif de la CNTG chargé de l’éducation ouvrière, à nos confrères de Guineematin.com.


La centrale (CNTG Ndlr) prépare la fête depuis plus d’un mois. Pour cette année plusieurs activités sont prévues: un défilé des travailleurs par branche professionnelle, par entreprise et par société avec un effectif réduit pour pouvoir bien défiler et prononcer une intervention qui va
dénoncer le manque de dialogue social vu la crise que traverse le mouvement syndical, a fait savoir Moustapha N’Diaye.

« Le thème que nous avons prévu cette fois-ci est « Le dialogue constructif pour une paix et un développement durable ». Donc nous entendons parler du dialogue social au niveau des autorités pour que vraiment certaines privations puissent cesser. Puisque dès fois, quand vous voulez manifester pour exprimer votre ras-le-bol, on vous empêche de le faire, et dès fois même brutalement. Nous voulons que le dialogue soit instauré entre les autorités et le mouvement syndical pour que nos droits soient valablement défendus » a expliqué le membre de la CNTG.

Du côté de la préfecture de Boké par contre, le préfet a invité les centrales syndicales à célébrer cette fête dans une des sous préfectures ou elles évoluent. Lire ci dessous copie de la lettre du Préfet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 + 16 =